Lorsque je vivais au Chili, mes colocataires m’ont proposé de partir un week-end pour surfer. Je n’en n’avais jamais fais et j’étais toute excitée à l’idée de faire cette nouvelle expérience, sans savoir que le surf allait m’apporter bien plus qu’un moment de détente entre amis…

Entre excitation et appréhension, j’enfile une combinaison humide et je gagne la longue plage de Pichilemu. Un professeur nous donne les instructions principales, et après quelques échauffement sur le sable, je me jette à l’eau persuadée que ça allait être un jeu d’enfant ! Résultat au bout d’une heure ?

Impossible de me lever sur ma planche. L’eau glaciale et salée du Pacifique brûle mes pieds nus et mes yeux, les courants forts de l’océan me font dériver… J’essaie par tous moyens de me redresser, de nager vers le moniteur, d’avancer vite avec ma planche. Je me rends vite compte que je m’épuise, à lutter contre le courant, à vouloir être plus forte que les vagues, à contraindre l’eau de supporter ma planche.

Par fatigue, je décide de tout arrêter. Je m’entête et suis à deux doigts de regagner le sable.

J’entends alors une petite voix en moi qui me dit : « Lâche tout, accueille les vagues, et le courant. » Je monte et m’assoie sur ma planche, et j’écoute alors le bruit des vagues et du vent. Je remarque que le soleil nous a rejoint, et j’apprécie sa chaleur qui me réchauffe les quelques centimètres de peau nue. Je me laisse dériver par les vagues, assise sur ma planche, et j’embrasse le mouvement du courant.

Instant de pleine conscience, liée à l’énergie marine… A vouloir trop faire, j’en avais oublié le contexte : le début de l’immensité de l’océan, le bruit de l’eau, le vent, le soleil, la forêt au loin, les rires de mes amis, les chiens qui courent sur la plage…

Une nouvelle vague arrive, et quelque chose me dit qu’il faut que je la prenne : je sens que c’est la bonne, celle que je suis entièrement prête à accueillir. Je réussis à me hisser sur ma planche et me laisse porter quelques instants par la vague, juste le temps de ressentir le bonheur de la sensation de glisser sur l’eau…

La leçon!
Ce que j’ai appris ce jour là est une chose toute simple : « Arrête de tout vouloir contrôler ! Accueille le flow de ta vie tout comme une goutte d’eau accueille et se fond dans le flow de sa vague ! ».

Je me suis rendue compte que plus j’étais en lutte, plus je me faisais violence. Et si je ne faisais pas d’efforts et si j’acceptais tout ce qui se présentait à moi, que se passerait-il ?

Je laisserais simplement les choses ÊTRE !

Je serai juste dans le FLOW de la vie, dans ce courant naturel qui nous guide vers notre propre nature.

Alors merci à la pratique surf, merci à l’Océan, de m’avoir offert cette leçon d’humilité, cette leçon de vie :

« Ne contrôle pas. Accueille et savoure ce qui se présente à toi. »

Share Button

Laisser un commentaire

Visit Us On InstagramVisit Us On YoutubeVisit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On PinterestVisit Us On Google Plus