Garder son âme d’enfant

Il y a quelques années, je chantais régulièrement dans les maisons de retraite, j’interprétais à la fois des reprises et je glissais de temps en temps une composition à moi. Lors d’un « concert », j’ai remarqué une femme qui me regardait avec un grand sourire, et un regard bleu clair, comme si elle avait le ciel dans les yeux.

A la fin, elle vient me voir et me dit :

« Vous, vous avez gardé votre âme d’enfant ! Et vous savez comment je le sais ? »
« Non… » répondis-je un peu surpris
« Parce que moi, j’ai gardé la mienne » me dit-elle. « J’ai 85 ans et c’est ce qui m’a permis de vivre et de tout traverser. »

J’ai été très touché et ému par cette femme, et par notre échange. Et je garde précieusement ces mots. En conscience.

Je me suis souvent demandé comment elle avait vu ça en moi, comment elle l’avait perçu, et la seule réponse qui me soit venue, c’est que à ce moment là, je faisais exactement ce que j’aimais. Je chantais, je transmettais, je m’amusais.

L’enfant vit l’instant présent, quand il joue, il suit ses idées, ses envies du moment. Il devient un pirate, un super-héros, un cowboy, et puis non, un indien.

Souvent en tant qu’adulte, nous perdons cette insouciance, on ressasse le passé, on s’inquiète du futur, on renonce à des rêves. Mais lorsque on arrive à vraiment vivre le moment présent, c’est comme si le temps ne comptait plus, on peut se laisser envahir de la joie pure.

J’enregistre en ce moment un nouvel album, et bien à chaque séance, je me délecte du partage avec les musiciens, avec les gens qui partagent ce projet, et ça me met en joie. Je la savoure, et je m’amuse, avec mon âme d’enfant.

Le pouvoir de l’émerveillement

Je suis un contemplatif, j’adore prendre le temps de vivre, de me poser, de regarder autour de moi. J’aime sentir le vent doux me caresser, l’entendre faire chanter les arbres. Le chant des oiseaux me réjouit. J’aime marcher en forêt, particulièrement quand viens le soir et que le soleil l’éclaire des ses derniers rayons. Voir les paillons voler me rend heureux. J’aime aussi la lumière des réverbères et des ponts de Paris, écouter de la musique en marchant.

Les choses simples m’émerveillent, et à vrai dire, je pensais que c’était le cas de tout le monde, jusqu’à ce que je réalise que, malheureusement ce n’était pas le cas. Certaines personnes ne voient pas cela, sans doute trop préoccupées par leurs soucis, ou par le chaos qui bouleverse le monde. Ou simplement parce que cela ne les intéresse pas. Ou peut-être ont-elles perdues un peu de ce regard d’enfant ?

Pourtant, je crois sincèrement que la beauté aide, qu’elle peut nous sauver de tout. Lorsque je m’attarde sur ces choses simples, lorsque je m’arrête pour me remplir d’un instant fugace, alors je sens mon cœur s’alléger et se remplir, mon esprit se pose, et s’ouvre à l’émotion. Et c’est à cet instant là, que je me sens traversé par un bien-être profond, que je ressens une joie infinie. Même si elle ne dure qu’un moment, cette joie me soulage, me « guérit », m’inspire et me porte. Elle me donne le courage de faire, de supporter, d’aimer, d’être présent.

Maintenant que je sais que ce n’est pas donné à tous de s’émerveiller, je prends encore plus conscience de ce cadeau, de ce « pouvoir ». Mais je sais aussi que tout le monde a ce pouvoir, et que tout commence par l’intention. L’intention est le premier pas. Alors si ce n’est pas encore le cas, veillez à retrouver, ou à préserver, votre pouvoir d’émerveillement, prenez conscience de ce qui vous touche, vous émeut, vous fait frissonner, même si ça ne dure qu’un instant, émerveillez vous !

Visit Us On InstagramVisit Us On YoutubeVisit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On PinterestVisit Us On Google Plus