Garder son âme d’enfant

Il y a quelques années, je chantais régulièrement dans les maisons de retraite, j’interprétais à la fois des reprises et je glissais de temps en temps une composition à moi. Lors d’un « concert », j’ai remarqué une femme qui me regardait avec un grand sourire, et un regard bleu clair, comme si elle avait le ciel dans les yeux.

A la fin, elle vient me voir et me dit :

« Vous, vous avez gardé votre âme d’enfant ! Et vous savez comment je le sais ? »
« Non… » répondis-je un peu surpris
« Parce que moi, j’ai gardé la mienne » me dit-elle. « J’ai 85 ans et c’est ce qui m’a permis de vivre et de tout traverser. »

J’ai été très touché et ému par cette femme, et par notre échange. Et je garde précieusement ces mots. En conscience.

Je me suis souvent demandé comment elle avait vu ça en moi, comment elle l’avait perçu, et la seule réponse qui me soit venue, c’est que à ce moment là, je faisais exactement ce que j’aimais. Je chantais, je transmettais, je m’amusais.

L’enfant vit l’instant présent, quand il joue, il suit ses idées, ses envies du moment. Il devient un pirate, un super-héros, un cowboy, et puis non, un indien.

Souvent en tant qu’adulte, nous perdons cette insouciance, on ressasse le passé, on s’inquiète du futur, on renonce à des rêves. Mais lorsque on arrive à vraiment vivre le moment présent, c’est comme si le temps ne comptait plus, on peut se laisser envahir de la joie pure.

J’enregistre en ce moment un nouvel album, et bien à chaque séance, je me délecte du partage avec les musiciens, avec les gens qui partagent ce projet, et ça me met en joie. Je la savoure, et je m’amuse, avec mon âme d’enfant.

Visit Us On InstagramVisit Us On YoutubeVisit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On PinterestVisit Us On Google Plus